Progrès réalisés: Exécution de projets en Haiti

Greg Peters - August 4 2008, 7:59 PM

La Banque interaméricaine de développement progresse dans l'exécution de son ambitieux portefeuille de projets en Haïti, le pays qui pose les plus graves problèmes de développement du continent américain.

En étroite collaboration avec le gouvernement du Président René Préval et la communauté internationale des bailleurs de fonds, la BID travaille dans plusieurs secteurs clés tels les routes, l'agriculture, la santé, l'éducation, l'énergie, l'environnement et l'eau potable.

Outre ces investissements à long terme, qui visent largement des régions situées hors de la capitale de Port-au-Prince, la BID apporte à Haïti l'appui financier dont elle a un besoin urgent, alors que son gouvernement s'efforce d'atténuer les difficultés causées par la hausse des prix du carburant et des produits alimentaires.

En mai, la BID a agi promptement pour décaisser $27 millions pour le gouvernement haïtien, qui avait annoncé peu avant des mesures d'urgence afin de contenir les prix des denrées de première nécessité telles que le riz, de créer des emplois au moyen de programmes de travaux publics et de stimuler la production agricole.

Toutefois, la plupart des opérations de la BID visent trois objectifs stratégiques d'Haïti: asseoir la croissance économique sur une base plus solide, améliorer l'accès aux services essentiels et renforcer le secteur public.

Appuyé par $698 millions de prêts concessionnels et de dons, le portefeuille de la BID en Haïti comprend d'importants programmes visant à reconstruire des routes et d'autres infrastructures de transport, à étendre la couverture des services d'électricité et d'approvisionnement en eau potable, à accroître la production de secteurs agricoles clés, à améliorer l'accès à l'éducation, la santé et la formation professionnelle, et à stimuler les recettes publiques par le renforcement des directions des impôts et des douanes.

Pour favoriser l'effet de levier de son propre financement, la BID cherche à conclure des accords avec d'autres bailleurs de fonds susceptibles d'apporter un complément de ressources aux projets clés en Haïti. À ce jour, la BID a mobilisé plus de $100 millions de dons du Canada, $22,6 millions de l'OPEP et $6,7 millions de l'Union européenne.

Pour accélérer l'exécution des projets, la BID a renforcé son bureau de Port-au-Prince, engageant davantage de spécialistes pour travailler sur les secteurs prioritaires, notamment de nouveaux experts en eau, agriculture, routes, énergie, éducation et développement du secteur privé, portant ainsi son total à 22 spécialistes à plein temps.

La BID, qui est présente en Haïti depuis près d'un demi-siècle sans interruption, a également simplifié ses règles opérationnelles et adopté des critères souples de nature à permettre à un plus grand nombre d'entreprises et d'ONG locales de participer aux projets en qualité d'entrepreneurs ou de prestataires de services.

Avec d'autres donateurs multilatéraux, la BID aide Haïti dans ses efforts en vue d'achever le processus de l'Initiative en faveur des pays pauvres très endettés (PPTE).

Alors que le pays reçoit actuellement un secours partiel sous la forme d'une réduction de ses remboursements du principal, une fois qu'il aura atteint le point d'achèvement de l'Initiative PPTE, il obtiendra de la BID un allégement de sa dette d'un montant total de $525 millions.

L'eau

Le gouvernement haïtien s'est fixé des objectifs ambitieux pour l'approvisionnement en eau et l'assainissement: étendre la couverture d'approvisionnement en eau potable à 70 % de la population d'ici à 2010, contre environ 50 % actuellement.

La BID, la principale source de financement des projets d'approvisionnement en eau en Haïti, a concentré ses activités sur la promotion de la réforme des institutions du secteur et l'expansion du service dans les villes secondaires et les communautés rurales.

Elle finance également des études sur les services d'approvisionnement en eau dans la région métropolitaine de Port-au-Prince.

Un prêt de $54 millions sert à financer l'amélioration des services d'approvisionnement en eau à Jacmel, Les Cayes, Ouanaminthe, Port-de-Paix et Saint-Marc.

À Saint-Marc, $10 millions de travaux de génie civil ont été exécutés et une eau potable coule de douzaines de fontaines publiques et de milliers de branchements individuels.

Actuellement, le gouvernement haïtien a lancé un appel d'offres pour sélectionner un cabinet de consultants pour la fourniture de conseils techniques à la SNEP sur la gestion du réseau d'approvisionnement en eau de Saint-Marc.

Les travaux dans les quatre autres villes devraient s'achever au cours des deux prochaines années. Le fait qu'une société étrangère soit présente actuellement en qualité de contractant est un signe favorable.

Récemment encore, l'un des obstacles aux progrès des projets d'infrastructure était l'absence de concurrents étrangers effrayés par les risques que représentait Haïti pour la sécurité.

Une entreprise dominicaine et une entreprise haïtienne doivent exécuter un projet de $74 millions à Port de Paix, dont le Ministre des travaux publics Frantz Vérella estime qu'il devrait s'achever dans 10 mois.

En plus de ce programme urbain, à la fin de 2006, la BID a approuvé un prêt concessionnel de $15 millions destiné à apporter les services d'approvisionnement en eau potable et d'assainissement aux zones rurales.

Les études sont terminées et la construction devrait démarrer d'ici à la fin de 2008 dans la région située autour de Jérémie, la plus grande ville de la côte sud-ouest d'Haïti. Ces petits projets seront exécutés selon un processus participatif: les habitants décideront de participer ou non au programme, choisiront le système répondant le mieux à leurs besoins et à leur capacité d'exploitation et d'entretien, et créeront des comités locaux d'usagers de l'eau pour gérer ces services.

« Par delà l'exécution des investissements pour développer les services de l'eau et de l'assainissement, la difficulté pour le gouvernement haïtien et la communauté internationale est de poursuivre les efforts en vue de créer des conditions propices au développement de services accessibles au peuple haïtien », a déclaré Sarah Matthiessent Romain, chargée d'opérations à la BID.

Return to Message List

Comments

Tiba says...

Greg, I have a feeling that you work for Preval, and therefore I would suggest that you come with something better... more »

Robertson says...

Until the Haitian people get rid of the politicians who are in bed with IMF - USAID - WORLD BANK, Haiti is doom. With... more »

Tiba says...

Robertson, How would you get rid of the hand that is feeding you? Haiti lives off USAID, IMF, Wolrd Bank. Understand... more »

Jean-marie Leroy says...

JE N'AI AUCUN DOUTE LA DESSUS M.Greg CES INFORMATIONS que vous divulguez sont excellentes,neanmoins NOUS aimerions... more »