Et si le sisme du 12 janvier signifiait la mort prononce d'un Etat-zombi?

J - April 6 2010, 10:36 PM

On se souviendra de la nuit du 12 janvier 2010 comme celle où le cri d'un peuple empêtré dans la douleur et le désespoir se fit entendre dans les quatre coins du monde.

Une histoire singulière et horrifiante dans laquelle les murs blasés des taudis exsangues de Port-au-Prince ont saignés à blanc le peuple haïtien déjà connu pour sa misère et pour son désarroi.

Cette soirée-là, la nuit a enveloppé Haïti comme une voile de deuil incapable de cacher le visage de la mort. Les cris faisaient place aux silences et les silences aux complaintes étouffées jusqu'à ce que le jour se réveillât pour dévoiler aux yeux fatigués l'ampleur de l'hécatombe.

Quelques secondes suffisaient pour faucher des centaines de milliers d'haïtiens et priver les survivants du confort gênant que la pauvreté leur offrait.

S'il est certain qu'on ne pourrait jamais empêcher le séisme, force est de dire que l'ampleur de cette tragédie humaine aurait pu être évitée si nous avions connu pendant notre vie de peuple et particulièrement pendant ces 30 dernieres années l'existence d'un Etat haitien.

En effet l'Etat haitien n'existe pas. Ce que nous connaissons come Etat n'est qu'apparence, n'est qu'une fiction qui comforte la conspiration antihaitienne dont nous nous sommes tous faits coupables tant par nos agissements que par nos inactions.

Le vrai Etat n'existe pas en apparence mais plutôt en essence.

L'Etat existe dans sa souveraineté.

Au cours d'une génération Haïti a connu près de quatres occupations étrangères. Tel est le signe d'un pays sans Etat qui n'a pas la capacité de gérer ses problèmes internes sans qu'il n'y ait l'intervention d'un Etat-policier pour venir garantir l'ordre public.

L'Etat par définition existe dans son autorité.

L'autorité de l'Etat n'est qu'un terme creux en Haïti. Une bande de voyous peut facilement terroriser tout une population à quelques cinq cents mètres du palais national soi-disant centre névralgique de la présence etatique.

L'Etat haitien est si inexistant que l'ombre de sa puissance publique ne peut garantir l'ordre public dans un rayon de cinq cent mètres de son point central.

L'Etat comme il s'excerce dans n'importe quel pay sérieux, existe dans la force de ces institutions.

Les institutions haitiennes ne sont que l'ombre de leur ombre.

Elles sont, comme l'organe au corps ; toutes aussi mortes qu l'Etat qu'elles se croient représenter.

lisez l'article integral à

Return to Message List

Comments

J says...

lisez le texte integral a Braselide.com more »