Nouveau bilan des victimes du choléra : 337 morts et plus de 4.700 hospital

The Dark Knight - October 31 2010, 4:17 AM

Nouveau bilan des victimes du choléra: 337 morts et plus de 4.700 hospitalisations
Formation d'une commission d'enquête scientifique sur l'origine de la maladie, intérêt particulier pour les fosses septiques de la MINUSTAH mises en cause par l'opinion publique

samedi 30 octobre 2010,
Radio Kiskeya

Le bilan officiel de l'épidémie de choléra s'est encore alourdi samedi avec un total de 337 personnes tuées et 4.764 autres hospitalisées, selon les données communiquées par le ministère de la santé publique qui a confirmé la tendance baissière des cas de contamination tout en annonçant l'ouverture d'une enquête sur l'origine du mal qui intrigue plus d'un.

Vendredi, le nombre de décès s'élevait à 330.

Pour sa dernière conférence de presse quotidienne avant la longue pause de La Toussaint, le directeur général du ministère de la santé publique, Dr Gabriel Timothée, a tenu à préciser que jamais les autorités sanitaires haïtiennes n'avaient laissé entendre que "la maladie était maîtrisée ou éradiquée".

Rappelant comme l'OMS que le bacille du vibrion cholérique pourrait rester actif dans le pays durant de longues années, il n'a pas raté l'occasion de prodiguer, comme à l'ordinaire, des conseils pratiques à la population concernant les règles d'hygiène à respecter à titre de prévention.

Dr Timothée a annoncé un renforcement de la surveillance épidémiologique partout sur le territoire national afin d'éviter l'apparition de nouveaux foyers après le Bas-Artibonite (nord) et le Bas-Plateau Central où la quasi-totalité des victimes ont été recensées.

D'autre part, le responsable du MSPP informe qu'une commission d'enquête scientifique a été formée en vue de déterminer les causes de l'épidémie à l'origine d'une vague d'accusations contre la Mission de stabilisation de l'ONU (MINUSTAH) malgré des démentis répétés.

Même si le ministère de la santé et ses partenaires internationaux continuent à privilégier l'hypothèse de la contamination du fleuve de l'Artibonite, des épidémilogistes et spécialistes de domaines connexes ayant intégré la commission vont s'intéresser particulièrement aux fosses septiques de la base du contingent des casques bleus népalais, près de Mirebalais (centre).

Dr Gabriel Timothée explique ce changement d'orientation des investigations par l'afflux d'allégations sur le lien étroit qu'il y aurait entre le déversement supposé de matières fécales dans l'un des affluents du fleuve Artibonite et l'explosion brutale du choléra.

La mission onusienne, qui a protesté de son innocence dans cette affaire, a été la cible d'une manifestation de plusieurs centaines de jeunes qui ont exigé, vendredi à Mirebalais, le départ immédiat des troupes étrangères et justice pour les victimes d'une épidémie entrée dans sa deuxième semaine.

spp/Radio Kiskeya

Return to Message List